Djihad: une pièce de théâtre qui suscite le débat .

Vendredi 8 mai 2015

Djihad : une pièce de théâtre qui suscite le débat ?

Suite aux tristes événements du début de cette année, les Jeunes Socialistes ont décidé d'organiser, dans la région de Verviers, le 8 mai dernier, une représentation de la pièce de théâtre « Djihad » d’Ismaël Saidi. Un événement pertinent dans une région qui, quelques mois plus tôt, a été le théâtre d'affrontements entre les forces de l'ordre et des terroristes présumés.

Ce spectacle est bien plus qu'un divertissement, c'est une leçon. Cette pièce s’adresse à tout le monde, il s’agit de montrer l'envers du décor, la réalité sur place et surtout de fournir les clefs pour ne pas glisser dans l'endoctrinement des djihadistes. C'est aussi une prise de conscience pour les citoyens qui stigmatisent trop souvent une population ou une communauté. « Djihad » démêle les préjugés et exhibe au public la détresse et les difficultés dans lesquelles sont plongés de nombreux immigrés.

Les acteurs ont été stupéfaits par l’ampleur du succès, le spectacle a déjà été vu près de 20 000 fois, principalement par un public scolaire. Au départ plutôt pessimistes et craignant polémique et critiques négatives, l’équipe a pourtant séduit les écoles et continue de faire salle comble chez le tout public.

Après chaque représentation, Ismaël Saidi a pour habitude d'organiser un débat. Son objectif premier est de démanteler les préjugés et d'éduquer le public pour qu’il soit allerté des processus de manipulation.

Le public présent le 8 mai dernier était composé de personnes de tous âges, de convictions différentes, et d'origines diverses.

La règle d’or pour ces débats, c’est surtout aucun tabou ! Orchestré par Urbain Ortmans (Télévesdre), le débat du 8 mai s’est composé de plusieurs intervenants : Ismaël Saidi (l’auteur), Thibault Zaleski (CNAPD) et Vincent Corni (Mrax). Lors des discussions, un jeune s’est interrogé sur les liens entre les mosquées et les recrutements de djihadistes, une institutrice a abordé la manière d’informer et de sensibiliser ses élèves sur la montée du radicalisme, un autre homme a signifié l'influence des médias ou d’ Al Jazeera (faisant des erreurs de diffusions d'images, causant ainsi l'apologie du Djihad), d’autres questions encore comme: le retour des djihadistes, la place des femmes, le vivre ensemble, l'intégration, le rôle de l’Etat Belge en matière de lutte contre les discriminations, …

Dans l’avenir, l'équipe du spectacle « Djihad » compte élargir le débat en allant jouer dans des prisons et des IPPJ, dans le but de de continuer à informer un public le plus large possible.