Les actualités .

Les actualités

25 oct

[CP: ] #NAH #Metoo

NON c’est NON ! 

En 2014, l’Agence des droits fondamentaux de l’Union Européenne (FRA) publiait une étude basée sur un échantillon de 42.000 femmes âgées entre 18 et 74 ans dans les 28 Etats membres de l’UE. Dans l’ensemble, il ressortait qu’une femme sur trois avait subi des violences physiques depuis l’âge de 15 ans. En Europe, près de 70% des victimes (67%) n’ont pas signalé à un organisme ou à la police l’acte de harcèlement sexuel. 

En Belgique, plus de 45.000 dossiers de violences conjugales sont enregistrés par les parquets. En 2010, la Région Bruxelloise enregistre qu’une femme sur huit était victime de violences domestiques et/ou sexuelles. La violence conjugale a coûté la vie à 162 personnes en 2013. En 2014, la Wallonie enregistre 7.702 plaintes pour des faits de violence physique dans le couple et près de 28.000 femmes âgées de 15 ans et plus déclarent avoir subi, au cours des 12 derniers mois, des violences physiques et/ou sexuelles. 

Face à ce constat alarmant et désastreux, que devons-nous faire ? Opter pour l’Omerta et considérer que se taire c’est se complaire ou agir en dénonçant fermement qu’aujourd’hui dans notre pays des femmes et des hommes subissent des violences physiques et/ou sexuelles ? 

Jaurès déclarait à la jeunesse que : « Le courage c’est chercher la vérité et de la dire [...] ». Nous ne voulons pas nous taire mais plutôt associer notre voix à l’écho des multiples victimes de violences physiques et/ou sexuelles qui jour après jour souffrent de ce fléau. 

Nous prônons depuis de nombreuses années l’égalité entre l’Homme et la Femme. Cela n’est pas un caprice hystérique mais un désir viscéral de justice. Car l’égalité homme/femme ne s’arrête pas au droit de vote. Cela va plus loin notamment en intégrant l’égalité salarial. D’après l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, l’écart salariale sur la base du salaire annuel est à 23% en la défaveur des femmes. Nous demandons que des mesures soient prises pour rectifier cet écart. De plus, les femmes subissent trop souvent encore des inégalités à l’embauche et/ou des remarques sexistes dans l’espace public. Et si elles osent se plaindre, elles sont vilipendées de féministes. Etre féministe, c’est d’abord et avant tout, promouvoir l’égalité hommes-femmes dans la société civile et dans le privé dans l’intention d’abolir les inégalités persistantes. 

Aujourd’hui encore, nous devons combattre la pensée que la femme puisse n’être qu’un objet sexuel en véhiculant une image positive de la femme. Etant donné que la femme c’est aussi et surtout : Malala Yousafzai, Rosa Parks, Simone Veil, Marie Curie, George Sand, Angela Davis... 

Combattons ensemble la misogynie ambiante en dénonçant les violences faites aux Femmes ! 

Car « une Femme LIBRE est exactement le contraire d’une Femme LEGERE » ! 

(Simone de Beauvoir 1908-1986) 

 

Maxime Felon, Président

Grégoire T. Kabasele, Secrétaire politique